> Pharmacie du Rouret > Nos news > CROISSANCE OSSEUSE : La pratique de l’exercice à l’adolescence fait la santé (...)

CROISSANCE OSSEUSE : La pratique de l’exercice à l’adolescence fait la santé des os pour la vie

JAMA Pediatrics

samedi 22 juillet 2017, par Pharmacie du Rouret.

La fin de l’adolescence est une fenêtre clé pour la consolidation osseuse

La fin de l’adolescence est une fenêtre clé pour la croissance et la consolidation osseuses, rappelle cette étude du Children’s Hospital of Philadelphia qui précisent le gain de densité osseuse se poursuit bien après les éventuelles poussées de croissance et l’atteinte de la taille adulte. Cette large analyse, présentée dans le JAMA Pediatrics, montre toute l’importance du régime alimentaire et de l’activité physique durant la fin de l’adolescence pour la santé osseuse tout au long de la vie.

Une précédente étude de l’Université de la Colombie-Britannique avait déjà précisé la fenêtre de formation et de croissance osseuse, soit entre les âges de 10 à 14 ans pour les filles et 12 à 16 ans pour les garçons, une fenêtre durant laquelle jusqu’à 36% du squelette humain est formé. Cette nouvelle étude qui se concentre sur la résistance ou consolidation osseuse, à la fin de l’adolescence engage à ne pas limiter la surveillance de la croissance d’un enfant à la surveillance de la taille, mais de l’élargir au développement osseux. Un développement qui se poursuit généralement après l’atteinte de la taille adulte, pour environ 10% de la masse osseuse.

L’équipe du Children’s Hospital of Philadelphia avec des collègues de l’Ohio, du Nebraska, de New York, de Californie et des National Institutes of Health (NIH), ont repris les données de l’étude Bone Mineral Density in Childhood Study (BMDCS), portant sur la croissance et la densité osseuses de plus de 2.000 enfants, adolescents et jeunes en bonne santé ayant passé des visites annuelles sur un suivi de plus de 7 ans. Cette analyse montre que :

  • la croissance osseuse est spécifique à chaque site, la densité minérale osseuse se développant à des taux différents dans les différentes parties du squelette ;
  • les poussées et trajectoires de croissance sont plus « précoces » chez les adolescents afro-américains que chez les adolescents non afro-américains ;
  • la croissance en taille est en avance sur le gain de densité osseuse avant la fin de l’adolescence, ce qui contribue à expliquer les taux élevés de fracture chez les enfants et les adolescents : environ 30 à 50% des enfants sont victimes d’au moins une fracture avant l’âge adulte ;
  • Ce décalage dans la consolidation osseuse est compensé après la fin de la croissance.

Enfin, la fin de l’adolescence apparaît ainsi comme une fenêtre d’intervention très privilégiée : « La fin de l’adolescence est une période de comportements à risque, tels que le tabagisme et la consommation excessive d’alcool, les mauvais choix alimentaires et la diminution de l’activité physique, des comportements qui peuvent nuire au développement osseux », concluent les chercheurs. Cette période devrait donc être celle des encouragements à des comportements plus sains, comme un meilleur régime alimentaire et plus d’activité physique. D’autant que l’exercice est un facteur reconnu de résistance osseuse chez les enfants, et même chez ceux porteurs de prédispositions génétiques à la fragilité osseuse.

Bref, il s’agit d’optimiser, par un mode de vie sain, la santé osseuse à la fin de l’adolescence, pour prévenir la fragilité osseuse et l’ostéoporose plus tard dans la vie.

P.-S.

Source : JAMA Pediatrics July 3, 2017 DOI:10.1001/jamapediatrics.2017.1769 Association Between Linear Growth and Bone Accrual in a Longitudinal Assessment of a Diverse Cohort of Children

Tags

 :: Info Santé ::

page suivante