> Pharmacie du Rouret > Nos news > Grippe : Un vaccin universel basé sur la partie universelle de (...)

Grippe : Un vaccin universel basé sur la partie universelle de l’antigène

Science-Nature Medicine-mBio

mercredi 16 septembre 2015, par Pharmacie du Rouret.

Un vaccin universel c’est un vaccin efficace contre toutes les formes de grippe. Un vaccin très attendu alors que chaque année, les scientifiques développent un vaccin spécifique efficace contre les dernières souches de la saison grippale. Plusieurs études documentent aujourd’hui la faisabilité d’un vaccin universel pouvant offrir une large protection contre de nombreuses souches de la grippe, y compris celles qui pourraient provoquer de futures pandémies. La preuve d’efficacité vient d’être faite sur la souris, le singe et le furet.


Chaque année, les scientifiques préparent un vaccin qui devra protéger plus particulièrement contre les souches grippales les plus attendues, en fonction de la saison grippale précédente. Plusieurs études marquent en cette rentrée une nouvelle étape dans le développement d’un vaccin universel capable donc de protéger contre un très large spectre de souches, y compris celles qui pourraient être à l’origine de futures pandémies. La base de ces recherches, la protéine appelée hémagglutinine, présente à la surface du virus de la grippe et qui permet au virus de se lier à la membrane des cellules à infecter. Cette protéine a composantes principales : la « tête » ou partie du virus qui mute d’une souche à l’autre et la « tige », similaire dans la plupart des souches.

Une première approche de protection à large spectre : Dans la revue mBio, l’équipe du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID/NIH), dirigée par le Pr Jeffery Taubenberger, chef du Département de pathogénèse virale, partant des 16 sous-types d’hémagglutinine différents qui circulent chez les oiseaux suspectés d’être à la base du risque de pandémie de grippe, a développé un vaccin à base de particules virus-like exprimant de multiples sous-types de protéines de surface clé du virus de la grippe : l’hémagglutinine H1, H3, H5 et H7. L’idée est que ces différentes protéines virales seraient capables de stimuler le développement d’une immunité protectrice croisée apportant une protection plus large contre plusieurs sous-types du virus.

H1 et H3 sont en effet à l’origine des épidémies de grippe saisonnière depuis 1918.

H5 et H7 ont entraîné les récentes flambées de grippe aviaire et présentent un potentiel pandémique.

Dans cette étude, les chercheurs montrent que

· 95% des souris vaccinées avec ce « cocktail vaccinal » sont protégés contre 8 souches de grippe différentes exprimant 7 sous-types de la grippe A, vs 5% des souris vaccinées avec un placebo.

· Presque toutes les souris vaccinées, exposées aux virus survivent, y compris les souris exposées à des virus exprimant des sous-types d’hémagglutinine exclus du vaccin combiné (comme H2, H6, H10, et H11).

· La protection apportée est durable, d’au moins 6 mois et vaut également chez les souris âgées.

Deux autres approches consistent à retirer la « tête » de l’hémagglutinine et de garder la tige comme base du vaccin.

· Dans la revue Nature Medicine, une équipe du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NAID/NIH) et de l’Osaka University (Japon) utilise une technique en 2 étapes : Ils ont introduit une combinaison de mutations pour stabiliser la base de la tige de l’hémagglutinine qu’ils ont associé à des nanoparticules.

Ø Chez la souris, le candidat vaccin déclenche suffisamment d’anticorps pour apporter une protection totale, et partielle chez le furet. Ainsi, 2 des 6 furets vaccinés sont morts, vs un taux de décès de 100% chez les non-vaccinés.

· Dans la revue Science, l’équipe du Crucell Vaccine Institute (Pays-Bas et San Diego) et du Scripps Research Institute a appliqué une combinaison de mutations à la tige de l’hémagglutinine pour lui conférer plus de stabilité.

Ø Chez la souris, le candidat vaccin apporte une protection efficace contre plusieurs souches, en particulier H1N1 et H5N1.

Ø Chez le singe exposé au virus H1N1, le vaccin entraîne une réponse suffisante pour faire baisser la fièvre.

Ø Dans ces 2 études, les souris témoins exposées qui n’ont pas reçu le vaccin sont mortes.

2 méthodes donc différentes mais qui visent le même objectif, utiliser la tige de la protéine hémagglutinine, ou la partie universelle de cet antigène du virus grippal.

Sources :

Science August 24 2015 DOI : 10.1126/science.aac7263 A stable trimeric influenza hemagglutinin stem as a broadly protective immunogen

Nature Medicine 24 August 2015 doi:10.1038/nm.3927 Hemagglutinin-stem nanoparticles generate heterosubtypic influenza protection

mBio August 2015 ; doi:10.1128/mBio.01044-15 An Intranasal Virus-Like Particle Vaccine Broadly Protects Mice from Multiple Subtypes of Influenza A Virus

Tags

 :: Info Santé ::

page suivante