> Pharmacie du Rouret > Nos news > Insomnie : Une histoire d’affect et de sensibilité face au stress

Insomnie : Une histoire d’affect et de sensibilité face au stress

Sleep and affect

vendredi 24 avril 2015, par Pharmacie du Rouret.

L’insomnie a déjà été connectée au stress, ici, elle est associée également à l’affect ou la réponse émotionnelle et affective face aux expériences stressantes. Cet ouvrage d’un professeur de psychologie de l’Arkansas, basé sur les dernières études en neurobiologie du sommeil, confirme que notre sensibilité émotionnelle explique qu’en matière de sommeil, nous ne sommes pas tous égaux face au stress.

On sait déjà que le stress fait partie des facteurs de risque d’insomnie, comme les troubles anxieux et la dépression, Le vieillissement normal, certains médicaments et certaines conditions de santé physiques ou mentales. L’association entre la vulnérabilité face au stress et la perte de sommeil a déjà été documentée dans plusieurs études. Une récente recherche de l’Université Concordia a montré en particulier qu’une faible activité rythmique du cerveau durant le sommeil est associée à un développement des troubles du sommeil, chez des étudiants, simultanément à la montée du stress, en période d’examens. Cet ouvrage va plus loin, suggérant une association entre l’affect et le sommeil.

Matthew T. Feldner, professeur de psychologie à l’Université de l’Arkansas, rappelle que l’affect est un état affectif, exprimé par un comportement face à une expérience émotionnelle. Son étude, qui a cherché à préciser, en laboratoire le lien entre la perte de sommeil et cette réponse émotionnelle montre qu’un sujet privé d’une nuit de sommeil répond au stress avec plus d’émotion. Ce constat prolonge le lien déjà identifié entre la perte de sommeil chronique et l’anxiété et les troubles de l’humeur, par un lien avec la réponse émotionnelle ou la capacité de réponse au stress.

Certaines composantes de l’émotion sont tout particulièrement liées au sommeil, explique l’auteur. Chez certains sujets les facteurs de stress (stressors) classiques vont prendre une dimension émotionnelle et nuire à la qualité du sommeil, une excitation émotionnelle peut également entraîner l’insomnie. L’auteur justifie cette implication de l’affect ou de la sensibilité émotionnelle en rappelant les dernières découvertes en neurosciences liées à la perte de sommeil et en mettant en lumière les effets de l’insomnie sur le fonctionnement du circuit de régulation émotionnelle du cerveau : Certains mécanismes neurobiologiques impliqués dans la réponse aux expériences émotionnelles ou affectives ne fonctionnent pas de la même manière après un manque de sommeil.

Source : Sleep and Affect : Assessment, Theory and Clinical Implications

Tags

 :: Info Santé ::

page suivante