> Pharmacie du Rouret > Nos news > L’obésité mène les garçons à l’impuissance et l’infertilité

L’obésité mène les garçons à l’impuissance et l’infertilité

samedi 20 octobre 2012, par Pharmacie du Rouret.

Des résultats qui révèlent la puissance des effets de l’obésité chez les jeunes garçons…Cette étude menée par l’Université de Buffalo montre en effet pour la première fois que, chez les adolescents âgés de 14 à 20 ans, l’obésité va entraîner une baisse de 50% des niveaux de testostérone, en comparaison de jeunes du même âge à IMC   normal, augmentant ainsi considérablement chez les ados obèses, leur risque d’impuissance voire de stérilité à l’âge adulte. Ces conclusions, publiées dans la revue Clinical Endocrinology, ont, avec l’épidémie d’obésité chez les jeunes, d’énormes implications épidémiologiques.

Ces auteurs avaient déjà signalé, en 2004, de faibles niveaux de testostérone (ou hypogonadisme), liés à l’obésité, chez des adultes diabétiques et confirmé ce résultat en 2010 sur plus de 2.000 hommes atteints d’obésité, à la fois diabétiques et non diabétiques.
Le résultat de cette étude est d’autant plus surprenant que la recherche a porté sur des hommes jeunes et non diabétiques, rappelle l’auteur principal, le Dr Paresh Dandona, professeur émérite au Département de médecine et chef du Service endocrinologie, diabète et métabolisme de l’Université de Buffalo.
« Des implications « franchement horribles » parce que ces garçons sont à risque d’impuissance et de stérilité ». L’étude a porté sur 25 jeunes hommes obèses et 25 jeunes hommes minces, évalués pour l’âge et le niveau de maturité sexuelle. Les concentrations de testostérone et d’oestradiol ont été mesurés à partir d’échantillons de sang, prélevés à jeun le matin. L’analyse montre un niveau de testostérone réduit de 50% chez les adolescents atteins d’obésité. Les résultats doivent maintenant être confirmés sur un plus grand nombre de sujets.
Seule bonne nouvelle, les niveaux de testostérone semblent revenir à la normale chez les hommes obèses qui subissent une chirurgie de pontage gastrique, explique le Dr. Dandona. « Il est possible que ce soit également le cas en cas la perte de poids ? Une perte de poids nécessaire aussi, au-delà des conséquences sur la reproduction, pour réduire l’excès de graisse abdominale et la réduction du muscle chez les participants obèses.
Les chercheurs vont donc maintenant regarder les effets d’une perte de poids, soit par des changements de mode de vie soit par une intervention pharmacologique, sur les niveaux de testostérone chez les hommes obèses.
Source : Clinical Endocrinology, 2012 ; DOI : 10.1111/cen.12018 Testosterone Concentrations In Young Pubertal And Post-Pubertal Obese Males

Tags

 :: Info Santé ::

page suivante