> Pharmacie du Rouret > Nos news > Paris se vide de ses généralistes

Paris se vide de ses généralistes

JIM.fr

mardi 3 décembre 2013, par Pharmacie du Rouret.

Paris, le vendredi 29 novembre 2013 – L’Ordre des médecins publiait hier ses atlas régionaux de la démographie médicale. Les années se suivent et les constats se ressemblent : derrière la stabilité de l’effectif global (+ 0,9 % entre 2007 et 2013) des disparités fortes existent en fonction des régions, des spécialités et des modes d’exercice. Première inscription jamais loin de la fac !


Les différences sont d’abord territoriales : on constate ainsi une progression de 4,7 % du nombre de praticiens dans les Pays de Loire, quand l’Ile de France accuse une baisse de 4,2 %. Par ailleurs, au sein d’une même région, les départements ne sont pas tous logés à la même enseigne. D’une manière générale, l’Ordre des médecins insiste sur le fait que les localités qui accueillent une université sont souvent celles qui comptent le plus grand nombre de nouveaux praticiens. Ainsi, dans les Pays-de-la-Loire, les villes de Nantes et d’Angers qui comptent chacune une faculté de médecine enregistrent 76 % des nouveaux inscrits de la région.
Bordeaux plutôt que Paris

Les chiffres publiés par l’Ordre confirment par ailleurs une diminution des effectifs de généralistes au cours des six dernières années, alors que les spécialistes eux sont toujours plus nombreux. Si quelques exceptions confirment la règle (les Pyrénées-Atlantiques ont « recruté » quarante sept omnipraticiens supplémentaires en six ans), certaines situations sont préoccupantes. C’est notamment le cas à Paris où le nombre de généralistes a diminué de 20 % depuis 2007. Les projections réalisées par l’Ordre laissent par ailleurs redouter une baisse de 31 % entre 2008 et 2018. Les loyers très élevés sont la première des raisons qui éloignent les généralistes de la capitale, tandis que plus qu’ailleurs ils ont tendance à privilégier un mode d’exercice particulier (acupuncture, homéopathie…). D’une manière globale, Jean-François Rault, président du Conseil de l’Ordre constate qu’aujourd’hui « ce n’est plus Paris le premier choix des internes, mais Bordeaux ». Enfin, l’Ordre signale une nouvelle fois que si l’exercice libéral reste boudé par les nouveaux inscrits, la tendance s’estompe après quelques années de pratique. L’exemple de la Picardie est à cet égard marquant : lors de la première année, 12,7 % des jeunes médecins choisissent l’exercice libéral, mais ils sont 30 % à avoir fait ce choix cinq ans après leurs débuts.
Et si les patients bougeaient ?

La présentation de ces atlas régionaux par les responsables de l’Ordre a été l’occasion pour eux de s’interroger sur notre perception du désert médical. Ils ont par exemple souhaité rappeler que la diminution des effectifs s’observait parfois dans des localités également marquées par une baisse de la population. Plus généralement, Jean-François Rault a constaté : « Pourquoi vouloir mettre un médecin   là où il n’y a plus de services publics, plus d’école, plus de poste ? Il ne faut pas à tout prix vouloir sa maison de santé (…) : organisons nous différemment, sur des modes différents. Sans doute faudra-t-il également que les patients se déplacent davantage » a-t-il considéré, loin des déclarations habituelles sur ce thème.

AH

Tags

 :: Info Santé ::

page suivante