> Pharmacie du Rouret > Nos news > TROUBLES du SOMMEIL : Et si on ciblait le muscle et pas le cerveau (...)

TROUBLES du SOMMEIL : Et si on ciblait le muscle et pas le cerveau ?

eLife

mardi 8 août 2017, par Pharmacie du Rouret.

Le Dr. Joseph S. Takahashi a découvert une protéine du muscle qui favorise la récupération après la privation de sommeil

Les scientifiques qui explorent le cerveau pour trouver des réponses à certains troubles du sommeil ont peut-être cherché au mauvais endroit : car le muscle et non le cerveau pourrait détenir la clé du traitement de certains troubles du sommeil, avance cette équipe de l’UT Southwestern Medical Center qui montre qu’une protéine dans le muscle peut réduire les effets de la perte de sommeil. Chez la souris. Des travaux présentés dans la revue eLife qui sous réserve de confirmation chez l’Homme, remettent en question l’idée générale selon laquelle le cerveau contrôle les caractéristiques du sommeil.

La protéine en question, c’est BMAL1 et les souris à niveaux plus élevés de cette protéine dans leurs muscles récupèrent plus rapidement des effets de la privation de sommeil. L’élimination de BMAL1 du muscle en revanche, réduit leur capacité de récupération. Avec ces nouvelles données, le muscle devient donc une cible complémentaire du cerveau pour lutter contre les troubles du sommeil comme la somnolence excessive. Enfin, c’est une perspective de nouveaux traitements pour les personnes qui travaillent par quart ou de nuit.

Une protéine d’horloge biologique dans le muscle : la recherche démontre comment une protéine d’horloge circadienne dans le muscle - BMAL1 - régule la durée et la qualité de sommeil. L’équipe montre ainsi chez la souris privée de sommeil que si la présence ou l’absence de certaines protéines dans le cerveau a finalement peu d’effet sur la récupération du sommeil, des niveaux plus élevés de BMAL1 dans leurs muscles permettent en revanche une récupération plus rapide. A l’inverse, lorsque les scientifiques suppriment BMAL1 du muscle, le sommeil est totalement perturbé, le besoin de sommeil est accru et la capacité de récupération réduite.

Que se passe-t-il ? Certaines protéines présentes dans les muscles signalent au cerveau un besoin ou une suffisance de sommeil.

Si des voies biologiques similaires étaient confirmées chez les humains, elles constitueraient des cibles prometteuses de traitement des troubles du sommeil.
Accueil

P.-S.

Source : eLife Jul 20, 2017 doi : 10.7554/eLife.26557 Bmal1 function in skeletal muscle regulates sleep

https://www.santelog.com/actualites...

Tags

 :: Info Santé ::

page suivante